Ailes et Elle

Laisser parler son âme, qu'elle pleure ou qu'elle rit....

posté le 17-03-2015 à 22:48:33

Le rêve de la chenille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Il était une fois… dans une clairière ensoleillée, une petite chenille qui voulait être un papillon.
Malheureuse de sa condition, elle alla à la rencontre de tous les êtres des environs pour les interroger.
   
« Bonjour madame la pierre ! Que dois-je faire pour être un papillon ? » demanda t-elle.
« Je ne sais pas, je suis une pierre ! » répondis la pierre. « Mais j’ai le pouvoir d’accueillir ta peine », répondit elle encore. Alors, la chenille pleura. Soulagée mais encore soucieuse, elle invoqua la pluie.
« Bonjour, madame la Pluie ! Que dois-je faire pour être un papillon ? » demanda t-elle.
« Je ne sais pas, je suis la Pluie !  Mais je peux te laver et te rafraîchir ». Alors, la chenille se roula sous les gouttes qui tombaient d’une averse bienfaisante, puis se sécha au soleil.
« Dis moi, Soleil, toi qui sait faire tant de bien, que dois-je faire pour être un papillon ? »
« Je ne sais pas, je suis le Soleil, et ma qualité est de donner de la lumière et de la chaleur ! ».
Le vent qui passait par là, lui souffla qu’il était bien trop pressé par tout le travail qu’il avait à accomplir, et que toute façon, il n’avait pas de solutions mais qu’il porterait la nouvelle partout où il passerait.

Déçue, elle rencontra en chemin un criquet, puis une fourmi et encore un ver de terre, une mésange, une chouette, un hibou, un cochon, une vache, un cheval, un paysan, une lavandière.
Personne ne savait ce qu’elle devait faire, car aucun d’eux n’était une chenille.

Alors, las et affamée par tant de quête, elle se mit à dévorer chaque pousse, chaque feuille et toute verdure autour d’elle. Elle mangea et mangea encore. Enfin, complètement repue par ce gargantuesque repas, elle s’endormie et plongea dans un rêve sans fin. Un rêve heureux car plein de promesses et de transformations. Un rêve si fort qu’au moment de son réveil, elle se senti pousser des ailes… et à sa première inspiration, elle s’envola !

C’est pour cela que les papillons sont toujours heureux, parce qu’ils vivent le rêve de leur propre nature !
Et il en va ainsi pour tous les êtres de la terre, la terre elle-même, le soleil et chaque chose de l’univers.
Alors, remercions les papillons de nous le rappeler !
 

 
 
 

 
 

 
 


Commentaires

 

1. Mr-He  le 18-03-2015 à 01:50:34  (site)

Bonjour titeflamme
fort joli texte
Je te souhaite un très bon mercredi
Nos amitiés
Qing&René

2. anaflore  le 18-03-2015 à 06:02:25  (site)

les papillons vivent trés peu si mes souvenirs sont bons ....bonne journéesmiley_id172964smiley_id172964smiley_id172964

3. banga  le 18-03-2015 à 10:03:03  (site)

Bonjour titeflamme joli texte et très belles images petit passage entre deux pour te souhaiter une agréable journée bises.

4. lumaee  le 18-03-2015 à 11:59:01  (site)

C'est une très belle histoire qui m'en laisse des larmes aux yeux. Merci beaucoup

 
 
 
posté le 17-03-2015 à 11:31:52

Petit test

 

 

 

 

 

 Cliquez sur l'image pour l'agrandir (si vous le voulez)

 

 



Regarde attentivement les 6 portes. Regarde le paysage au loin et fais ton choix. Rends-toi au chiffre correspondant de la porte, elle te révélera quelques secrets sur ta personnalité. Elle t'en apprendra plus sur ton caractère et sur ton chemin idéal. Bien sûr, tu es ensuite libre de découvrir les 6 chemins possibles... En espérant que tu seras satisfait de ton choix !







Réponses :

Choix numéro 1
: Le chemin de la liberté
Si tu as choisi ce chemin, tu es le genre de personne qui a besoin d'espace. Tu aimes avoir la possibilité de faire les choses à ta façon. Tu préfères un chemin que tu défriches toi-même qu'un chemin tout tracé. Ton chemin idéal : celui qui a de multiples voies, une infinité de possibilité, comme la mer, car tu n'aimes pas te sentir enfermé, restreint. Tu es indépendant, un peu rebelle, mais tu n'aimes pas la confrontation. Tu n'aimes pas être pressé, car tu veux savourer la vie. Tu es tellement absorbé par elle que tu t'oublies un peu toi-même.

Choix numéro 2 : Le chemin privé
Si tu as choisi ce chemin, c'est que tu es sûrement le genre de personne qui aime voyager seule. Tu adores observer, réfléchir et résoudre plein de petits mystères qui se présentent devant tes yeux. Ton chemin idéal est assez étroit et et parfait pour une personne. Tu es heureux de retrouver les autres quand tu arrives à destination, en revanche, car tu n'es pas non plus un grand solitaire, mais tu aimes profiter de certaines aventures seules. Tu es original et inspiré, tu regardes le monde comme personne d'autre, et c'est pour cela que les gens aiment tes conseils. En plus, tu es très compréhensif !

Choix numéro 3
: Le chemin coloré
Si tu as choisi ce chemin, tu es une personne qui adore se mêler aux autres, discuter avec tout le monde, engager de grandes discussions. Tu aimes sentir que tu fais partie du monde et en faire l'expérience chaque jour en rencontrant des gens, en étant dans des ambiances bruyantes et animées. Ton chemin idéal est beau, coloré, excitant. Pour toi, le voyage compte plus que la destination. Tu aimes la compagnie, et les autres adorent être avec toi, car tu es à la fois intellectuel et plein d'humour. Avec toi, on ne s'ennuie pas !

Choix numéro 4 : Le chemin du frisson
Si tu as choisi ce chemin, tu es quelqu'un de très difficile à suivre. Tu ne supportes pas la routine, et dans la vie, tu vas toujours de l'avant. L'inconnu ne te fait pas peur, bien au contraire. Tu y vas, et tu verras après pour les conséquences. Ton chemin idéal est imprévisible, et même parfois un peu flippant. Tu ne respectes pas toujours les règles, tu es même parfois imprudent. On dit de toi que tu agis sans réfléchir mais ce n'est pas grave puisque cela t'a toujours réussi. Tu es spontané, un vrai aventurier, et les gens apprécient cela.. Ils savent qu'avec toi, l'aventure se profile !

Choix numéro 5
: Le chemin de la sécurité
Si tu as choisi ce chemin, tu es quelqu'un de calme et de chaleureux qui recherche avant tout la tranquillité. Tu te contentes de ce que tu as, et tu n'aimes pas être dérangé pour des choses qui n'ont aucune importance. Ton chemin idéal est clair, dégagé, et très agréable. Tu aimes profiter du voyage au maximum, donc tu préfères savoir ce que ton voyage te réserve. Tu choisiras toujours le chemin le plus facile et sûr si jamais un choix se présente car tu considères que la vie est déjà suffisamment compliquée pour en rajouter davantage. Tu es quelqu'un de très stable qui sait motiver les gens qui t'entourent. Tu es très lucide et terre à terre et les gens adorent se fier à toi car tu es de bon conseils.

Choix numéro 6 : Le chemin de la tranquillité
Si tu as choisi ce chemin, c'est que tu es un solitaire, un vrai. Tu considères la solitude comme quelque chose de très important, de précieux, et tu peux passer de longs moments de ta vie seul sans te sentir mal. Ton chemin idéal est très calme et immobile. Tu adores observer tout ce qui se passe autour de toi sans te sentir dépassé par les événements. C'est pour cela que tu apprécies les ambiances très posées. Tu cherches un sens profond dans tous les aspects de la vie et tu es quelqu'un de très intense, tant dans tes pensées que dans tes actions. Tu n'aimes pas les foules, mais tu apprécies les gens. En général, tu préfères les voir en tête à tête, pour profiter d'eux à fond. Dans tes relations, tu es authentique et très profond.

Es-tu satisfait de cette description ?

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. lumaee  le 17-03-2015 à 14:12:50  (site)

Ben oui satisfait...ça me ressemble et c'est également ce à quoi j'aspire. La liberté, Son propre chemin Sourire

2. calie  le 17-03-2015 à 14:20:43  (site)

Je pense que j'ai fait le bon choix Sourire
Bises

3. pierrette64  le 17-03-2015 à 14:28:25  (site)

coucou Corinne c'est amusant ce test ,j'aime bien, suis bon public pour ce genre de chose ,j'ai choisi le 5 et ça me correspond, ben ch'uis contente du coup (sourire),j'adore cette pomme en forme de cœur.....doux après midi gros bisous tendresse...

4. fanfan76  le 17-03-2015 à 16:28:48  (site)

Coucou de nouveau, Corinne, j'ai mis un commentaire dans ton billet précédent, et puis me voila sur celui là que j'ai adoré tout autant, bon j'ai choisis le chemin cinq et c'est exactement ce que je ressens, pour la dernière phrase, ça je ne sais pas, je suis très fidèle mais je ne sais pas si je sais motiver les autres, et j'espère être de bons conseils, mais parfois, je n'ose plus les donner, de peur de déranger...
Je vais faire faire ce test à mon mari, merci beaucoup Corinne. GROS BISOUS AFFECTUEUX, fanfancoeur_1

5. fanfan76  le 17-03-2015 à 16:39:04  (site)

Mon mari a choisi au final le chemin cinq, après avoir hésité, un cour instant sur le chemin trois, comme moi... BISOUS. fanfan

6. belleestlavie  le 17-03-2015 à 19:54:34  (site)

coucou ma belle,
le choix que j'ai fait, c'est moi à 90%.
Merci Tifeflamme.
Quel beau temps aujourd'hui, j'ai profité.
J'ai vu plusieurs magnolias en fleurs dans deux parcs à Paris.
Belle soirée ma jolie et bon mercredi.
grosse bise affectueuse
Cricri

7. lespassionsdemyriam  le 17-03-2015 à 19:56:52  (site)

bonsoir super test c'est tout à fait çà moi j'ai choisi le n°1merci passe une bonne soirée
Image du Blog lagrandereveuse.centerblog.net

édité le 17-03-2015 à 19:58:17
édité le 17-03-2015 à 19:58:37

8. ninadu44  le 18-03-2015 à 07:30:13  (site)

bonjour Co, j'ai choisi le chemin de la liberté et ça me correspond très bien !!je te souhaite une belle journée, avec du soleil peut être et je t'envoie ma toute douce plein de biobisous, Ninasmiley_id176237

9. MelbeauSiteweb/melie  le 18-03-2015 à 08:00:12  (site)

Superbe ce test ! la première porte est mon choix ! Bonne journée Magicien

 
 
 
posté le 16-03-2015 à 22:01:48

Nos déserts....

 

 Je vais essayer de vous expliquer ce qu'est notre désert, oui ce désert que nous connaissons tous à un moment ou un autre...

Ne ne sommes jamais seul dans cela, de l'aide sous diverses formes , pour trouver la force, pour nous soulager...Accepter l'épreuve et l'aide...

Tendresse

 

 



Imaginez que vous soyez face à une vaste étendue d’eau. Souffle une petite brise rafraîchissante qui vous fait du bien, c’est le milieu du printemps et vous êtes bien. 

Imaginez également que vous êtes en Provence.

Pour vous donner une idée dans le sud, dès la mi-avril il peut faire chaud.

Donc vous êtes en Provence, vous promenant le long de la plage à Sanary-sur-Mer, vos yeux se perdant à l’occasion dans l’azur de la méditerranée.

Midi approche, vous avez faim, vous décidez d’aller vous attabler à la terrasse d’un des restaurants qui font face au bord de mer et vous commandez votre salade de chèvre chaud.

Soudain, le temps change brutalement. Il se met d’abord à pleuvoir, doucement puis violemment, tombe ensuite, chose incroyable en Provence, de la grêle et soudain plus incroyable encore pour le coin en cette saison, il neige.

Bien entendu pensant être au printemps, vous n’avez absolument rien prévu pour faire face à ce froid soudain. Le mistral se lève. Il souffle comme au plus fort de l’hiver et vous maudissez à présent la météo, le gouvernement, votre famille, tous ceux qui à l’heure actuelle ne peuvent rien pour vous.

Rentrer chez vous, voilà ce qui vous obsède tandis que vous vous battez contre les éléments déchainés. Mais surprise, autour de vous tout le paysage a changé. Autour de vous il n’y a plus que des congères, plus aucun bâtiment n’est visible, plus une route. Par où passer, pour aller où, vous ne reconnaissez plus rien.

Vous tentez tout de même d’aller vers ce que vous pensez être la bonne direction. Toutefois vous marchez, marchez, marchez encore, rien de familier ne s’offre plus à vos yeux. Vous commencez à douter, vous n’avez tout de même pas pu quitter Sanary ? Peut-être avez-vous simplement tourné en rond ?

Hélas, rapidement vous vous rendez compte que vous avez bel et bien avancé seulement, loin de trouver une terre accueillante, à l’abri du vent, de la neige et du froid, vous vous êtes enfoncé dans la tempête.

Et lorsqu’elle cesse enfin, devant vous, plus d’étendue bleu azur, c’est le désert, immense et vide qui s’offre à votre vue.

Vous tentez de vous retourner, il n’y a rien derrière non plus et malgré l’arrêt de la neige, le vent continue de souffler.

Vous portez toujours vos pauvres vêtements légers, vos chaussures inadaptées mais une chose est claire dans votre tête, vous ne pouvez pas rester là, il faut avancer et ne sachant où vous rendre, vous vous contenter d’aller tout droit. Résigné que vous êtes désormais, ayant compris que le changement brutal risquait de durer un moment, vous ne paniquez pas lorsque la nuit tombe doucement sur vous.

Ce n’est que des jours et des jours plus tard que vous vous rendez compte que le soleil ne semble plus se lever.

Il fait froid, vous êtes seul, vous avez faim et la nuit permanente a fait disparaître vos repères temporels. Vous êtes plus malheureux que vous ne l’avez jamais été mais vous ne vous l’avouez pas encore.

A ce stade vous continuez à croire que vous allez vous en sortir sous peu. Mais vous marchez, marchez, marchez, rien n’apparaît, rien ne vient si ce n’est des mirages ici et là.

Le désert devient plus dur, il fait de plus en plus froid, apparaissent des aurores boréales. Vous levez les yeux au ciel. Il existe encore des choses aussi belles ? Vous vous étonnez et soudain il fait légèrement moins froid. Vous souriez et continuez d’avancer. 

Elles disparaissent, des étoiles les remplacent, vous levez à nouveau les yeux au ciel. C’est joli de les voir briller ainsi, vous vous arrêtez un instant. C’est alors que la fatigue accumulée depuis le début de la tempête se rappelle à vous. Vous tombez à terre et vous mettez à pleurer.

Vous pleurez parce que vous êtes perdus, parce que vous avez faim, froid, peur et que vous êtes seuls avec tout cela en plus d’être seul avec vous-mêmes.

Vous pleurez parce que devant vous il n’y a rien, derrière vous il n’y a rien et plus aucun espoir ne vous semble plus permis.

Vous pleurez parce que vous êtes brisé. Vous regarder à nouveau le ciel, les étoiles disparaissent, il s’assombrit à nouveau, le désespoir, le vrai désespoir vous envahit et soudain devant vous une lune ronde et brillante est bientôt rejointe par des milliers de petites étoiles plus brillantes que les premières.

Vous vous relevez et malgré les larmes qui continuent d’inonder votre visage, vous reprenez votre route. Plus lentement, plus difficilement. Il se met à pleuvoir. Sous vos pieds de la boue, qui rend plus difficile encore chaque pas. Le ciel au-dessus de votre tête reste sombre mais la lune est toujours là.

Vous réalisez que malgré la faim, le froid, la soif, la solitude et la peur, vous parvenez toujours, même dans la douleur à présent, à avancer. Apparait enfin une oasis. Mais vous ne pouvez vous y attarder. Vous avez à peine le temps d’y trouver de quoi vous reposez, juste de quoi vous reposer, mais rien à boire, rien à manger.

Vous repartez, plus triste et toujours apeuré. Qu’est-ce qui vous attend désormais, comment en êtes-vous arrivé là, pourquoi êtes vous si seul, qu’avez-vous bien pu faire pour mériter cela ?

Vous relevez une nouvelle fois la tête vers les étoiles. La nuit va durer, tout comme votre traversée. Car vous voulez à présent croire qu’il s’agit d’une traversée et qu’il existe une issue quelque part. Et d’autres oasis avant cela.

Vos jambes vous portent maintenant difficilement, vous êtes affaiblis, n’avez rien de concret pour vous guider, pas de panneau indicateur, aucun indice nulle part. Vous êtes là et c’est tout.

Vous êtes là et c’est tout.

Vous continuez, parce que vous ne savez pas quoi faire d’autre et surtout, parce que vous ne pouvez rien faire d’autre.

Le ciel devient bizarre, le désert lui-même change. Apparaissent des montagnes au loin, une mer sans fin aux eaux peu engageantes, des prairies desséchés. Le ciel est par moment plus ou moins sombre, la nuit persiste tout de même. Le froid aussi.

Les phases de découragement succèdent à de courts sursauts. La colère devient familière, la rage même. Pourquoi moi ? Pourquoi m’infliger cela ?

Une nouvelle oasis, cette fois il y a de l’eau et de quoi se reposer. Le bonheur absolu, vous remerciez le ciel et savourer cette eau comme vous n’avez jamais rien savourer dans votre vie. Vous vous endormez, le lendemain, l’oasis a disparu, reste la nuit, le désert, la faim et la soif à nouveau.

Le froid vous serre le cœur plus encore qu’il ne brûle votre chair. Vous en venez à demander que quelqu’un, n’importe qui, apparaisse.  

Et Il/Elle apparait. D’une manière ou d’une autre.

Vous avez deux choix alors, vous pouvez refuser la forme que prend l’aide qui vous est accordé ou l’accepter. Accepter signifie accepter l’épreuve de la nuit et du désert. Refuser signifie subir chaque seconde de la traversée.

Dans les deux cas, vous y passerez le temps que vous devez.

Sanary est déjà loin derrière vous et il n’y aura plus de salade de chèvre chaud avant très, très, longtemps. Il vous le dit et au moment où vous y êtes prêt, vous acceptez son aide.

Le désert reste le désert. Et la nuit solitaire et glaciale ne disparait pas.

Néanmoins, le manteau posé sur vos épaules vous permet de continuer d’avancer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. Mr-He  le 17-03-2015 à 01:22:54  (site)

Bonjour titeflamme
tu as écrit un drame
Je te souhaite un très bon mardi
Nos amitiés
Qing&René
Aussi à lire le blog2 pour mieux connaître la Chine
http://mr-he2.vefblog.net

2. ninadu44  le 17-03-2015 à 06:34:05  (site)

bonjour Co, ce texte est de toi? parce que j'en ai eu les larmes aux yeux, c'est trop intense, tout est beau dans ce texte et fort, merci pour ce joli partage, je t'envoie plein de biobisous, Ninasmiley_id176237

3. seringa  le 17-03-2015 à 10:26:38  (site)

Bonjour chère Corinne,
Pardonne-moi, mais cette marche m'a éreintée !!!Je vais vite aller déguster un bon thé pour me désaltérer !
La fin de ton récit ne me satisfait pas, même si j'aime l'aventure et la richesse des paysages dans leur variété.
Je n'y trouve pas d'optimisme.
Le désert ne m'attire pas... ni au propre, ni au figuré !
Je préfère garder l'image de la Provence et de la salade de chèvre chaud à Sanary!
Merci de tes gentilles visites chère Co ,et de tes comm" sympas.
Passe une belle semaine. Je t'embrasse bien fort. Seringa.

4. calie  le 17-03-2015 à 11:04:00  (site)

Bonjour,
Il faut que je relise ton texte...ça donne trop à réfléchir.
Bises

5. lumaee  le 17-03-2015 à 14:21:53  (site)

Oui une Traversée, et quelque part il n'est jamais loin même lorsqu'on l'a quitté..il reste derrière et en soi comme une expérience douloureuse et profonde, mais il accorde la force que l'on s'est donné pour le dépasser. Merci titeflamme

6. fanfan76  le 17-03-2015 à 16:20:36  (site)

Bonjour ma chère Corinne, merci pour ce texte, je l'ai parcouru mot à mot, j'avais l'impression d'être cette personne dont tu parles dans ton texte, je suis rentrée dans ton texte, et à la fin, j'ai mis le manteau pour néanmoins et il le faut, avancer... Merci, Corinne...
Je t'embrasse fort, fanfancoeur_1

7. colea  le 17-03-2015 à 21:37:17  (site)

Merci Corinne pour ce très beau texte qui exprime tant de douleur et tant de courage. Et quelle espérance quand les étoiles reviennent, et qu'on ne se sent plus seul au monde,
gros bisous,
léa

 
 
 
posté le 16-03-2015 à 10:38:44

L'âme d'un bébé...

 

 

 

 

 

 

Les pre­miers mou­ve­ments du fœtus sont le signe que l’incarnation a eu lieu : «L’instant où l’âme entre dans le corps – c’est-à-dire où elle se trouve absor­bée par lui – entraîne alors tout natu­rel­le­ment aussi les pre­miers sou­bre­sauts du petit corps.
Ceux-ci prennent la forme de tres­saille­ments que l’on nomme les pre­miers mou­ve­ments de l’enfant.» (Dans la Lumière de la Vérité, Mes­sage du Graal, tome 2, confé­rence 51)
(Extrait du livre “Le secret de la nais­sance”)
 

L’incarnation a lieu au milieu de la grossesse

En péné­trant dans le fœtus et en en pre­nant pos­ses­sion, l’âme se met à le mou­voir. Il en résulte les mou­ve­ments de bras et de jambes typiques qui ont lieu à par­tir de cette période de la grossesse.

Ceux-ci se dis­tinguent net­te­ment des mou­ve­ments, faibles et sac­ca­dés du foe­tus, qui ont pré­cédé et qui résul­taient de l’action des nerfs. Main­te­nant, ils sont francs et nets parce qu’ils sont diri­gés par l’esprit.

Le deuxième signe qui révèle que l’incarnation a bien eu lieu est une chose que seule la mère peut obser­ver et que d’ailleurs beau­coup de mères observent.

 

Avec l’incarnation de l’esprit dans le petit corps du bébé qu’elle porte en elle, un étroit rap­pro­che­ment se fait entre la mère et l’âme de son enfant.

Jusque-là, ce der­nier était à quelque dis­tance d’elle, doré­na­vant il se trouve dans sa proxi­mité on ne peut plus immédiate.

La mère peut alors res­sen­tir quel genre d’âme s’est incarné.

«C’est alors que s’opère très sou­vent chez la future mère un chan­ge­ment dans sa façon de res­sen­tir les choses. Selon la nature de l’âme humaine qui a péné­tré en elle, elle en éprouve du bon­heur ou bien elle se sent oppres­sée.» (Dans la Lumière de la Vérité, Mes­sage du Graal, tome 2, confé­rence 51)

  L’âme ne s’incarne donc pas au moment de la fécon­da­tion, ni à la nais­sance, mais au milieu de la grossesse.
 Chris­to­pher Vasey
 
 

 
 
 

 
 

 
 
 

 
 

 
 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. calie  le 16-03-2015 à 11:02:58  (site)

Bonjour,
Pour moi, ce n'était que du bonheur. Un moment merveilleux dans ma vie.
Passe une belle journée
Bises

2. fanfan76  le 16-03-2015 à 11:16:53  (site)

Bonjour chère Corinne, j'ai été très heureuse durant mes grossesses et quel bonheur de le sentir bouger...
Je t'embrasse, passes un bon lundi, fanfansmiley_id1993226

3. holly  le 16-03-2015 à 14:51:50  (site)

bonjour ma belle et bien moi j'y rait pas dans mon jardin car il fait pas chaud chez moi ciel gris et il y a du vent pourtant j'aimerait bien y aller mais se sera pour une autre fois très beau ton billet sur l'âme des bébé bisous à toi et passe une bonne journée ma corinne

4. chrystaledream  le 16-03-2015 à 16:38:22  (site)

Bonjour Corinne♥

j'ai aimé découvrir ton très intéressant texte ainsi que celui précédent sur l'âme.

Belle lecture instructive qui ouvre l'esprit.

Je te souhaite un bon lundi

Bisouxxx♥


☆ mon passage
☆ pour te souhaiter
☆ une bonne journée
☆ gros bisous... ..
░░░░░░░░░░░░░░╯░░░.░░░░
░░░░▄▄█▄▄░░░░╯░░░╯░░░░
░▄▀██████▌▄▄█▀░░▄▄▄░░░
░█░▐███████▀░░░░███▀▌░
▒▒▀▀█████▀▒▒▒▒▒▒███▀▒▒



5. anouchka1945  le 16-03-2015 à 17:04:51  (site)

bonsoir , pour moi weekend tranquille a la campagne chez ma fille retour ce matin , ici gris e froid , bonne soiréee t bon debut de semaine bisous anna

6. Florentin  le 16-03-2015 à 17:19:24  (site)

L'âme ? La vie qui naît, peut-être tout simplement. L'action des premières cellules cérébrales ? je ne sais pas. Ce ne doit pas être facile de déterminer le moment précis de l'infra-concience.

7. biquette  le 16-03-2015 à 17:53:11  (site)

Bonsoir ma gentille amie, il est superbe ton article , c'est beau la naissance d'un bébé ..Je suis heureuse d'étre passée de la magie chez toi comme d'habitude ..Je te souhaite une belle soirée bisou a+++LiliImage and video hosting by TinyPic

8. jakin  le 16-03-2015 à 19:06:00  (site)

Bonsoir Titeflamme, Je comprend pourquoi tout le dimanche il a plut...sèches tes larmes...et bonne fin de soirée....smiley_id210602

9. belleestlavie  le 16-03-2015 à 19:37:01  (site)

bonsoir ma douce Flamme,
quand tu as cité ce livre, je me suis dit, je l'ai. Je viens d'aller dans la bibliothèque et je l'ai trouvé de suite. Il est en trois tomes. Cela fait deux ans que je les ais, je n'ai pas trouvé le moyen de les lire. Ils sont encore plastifiés. Christophe Vasey, je le connais bien. J'ai assisté à plusieurs de ses conférences à Paris, il est Suisse.
Bonne soirée ma jolie.
Grosse bise
Cricri

Hebergeur d'image

10. Fleurdemot  le 16-03-2015 à 21:01:57  (site)

Bonsoir corinne,merveilleux tressaillement de joie la 1ère fois et pour mes 5enfants la mème joie le mème bonheur,la Gràce d'ètre maman,bisoux bonne soirée.

11. BabymAn  le 17-03-2015 à 09:39:35

Coucou!
B'zoour! Rire
boudii pr mOi un Foetus devient bebe des qu iL entend Le sOn de La Moman, la musique etc... Apres je comprends l avOrtement aussi je suis mEme pour quand c est encOre un Foetus... C est pOur ceLa je vOterai jamais Front NationaL qui est cOntre L avOrtement...
Bonne jOurnée sOLeiL hein! Rire

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article